MEL

Nouvelles compétences, nouvelle appellation, nouveau périmètre : la métropole européenne de Lille (MEL) connaît une montée en charge significative depuis une dizaine d’années. Aujourd’hui son environnement institutionnel traverse une phase importante de restructuration du fait de la loi et de la contrainte budgétaire. Ces évolutions interrogent en retour le rapport de la métropole à ses communes membres, tout comme sa manière de conduire ses politiques publiques. Dans ce contexte, notre projet collectif a consisté à éclairer la direction générale sur les mutations futures de la métropole.

Travailler en équipe

Le stage collectif, c’est avant tout une expérience du travail en commun. Avec trois élèves issus du concours interne et un du concours externe, trois hommes et une femme, chacun avec des parcours universitaires et professionnels différents, notre équipe était à l’image de l’INET : diverse. Cette complémentarité a largement aidé au bon fonctionnement de l’équipe. Notre organisation de travail s’est faite naturellement. Après avoir clarifié la commande avec le DGS, nous nous sommes attelés à notre étude en programmant des entretiens et en nous documentant. Cette phase de diagnostic a été suivie d’une phase de réflexions autour des scénarios que nous avions identifiés. A titre personnel nous avons été très satisfaits de ce  travail collaboratif, qui favorise le débat d’idées dans un climat de confiance et de respect mutuel.

Prendre le pouls d’un territoire et d’une organisation.

Une partie importante du diagnostic que nous avons mené portait sur le territoire de la métropole et le fonctionnement de l’intercommunalité. Pour réussir notre exercice prospectif, nous avions en effet besoin de comprendre la MEL actuelle, son fonctionnement et les enjeux auxquels elle était confrontée. Nous avons donc mené une soixantaine d’entretiens auprès d’un panel d’acteurs du territoire. Nous avons par exemple rencontré les cadres de la MEL, des maires et des DGS de communes, le préfet du Nord, mais également des acteurs associatifs (mutualab, ATD Quart Monde) ou parapublics (CCI, agence d’urbanisme). Ces entretiens nous ont permis de croiser les regards et de faire émerger les lignes de forces qui traversent l’intercommunalité lilloise et son territoire.

Un autre volet de notre mission portait sur les mutations à venir des organisations publiques et notamment des intercommunalités. Celles-ci connaissent en effet des changements importants du fait de l’évolution des pratiques professionnelles, de la diffusion du numérique et de la métropolisation. Nous avons cherché à mieux comprendre ces phénomènes en constituant un corpus documentaire que nous avons analysé pour mieux appréhender ces changements à venir. Ces recherches nous ont permis de nourrir nos entretiens et nos réflexions.

Eclairer et sécuriser la décision.

A l’issu de ce travail de diagnostic, nous avons présenté différents scénarios d’évolution possible pour la MEL, avec leurs avantages et leurs inconvénients. Ce travail, qui a fait l’objet d’une restitution en comité de direction (CODIR) a permis de susciter un échange en réunion de direction générale (DG) sur la stratégie de développement métropolitaine. Nous avons également rédigé un rapport, dont la présentation aux cadres va être l’occasion de présenter les premières démarches de modernisation. Pour nous, pouvoir contribuer à la réflexion stratégique de la MEL aura été particulièrement valorisant !

Armand Bégué 

Cyril Carbonnel

Jean-François Collier

Marion Tanniou

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someonePrint this page
Le tour de France de la promotion Hannah Arendt – témoignage de la métropole européenne de Lille