Menée auprès de 750 salariés du privé et 550 agents des trois fonctions publiques (21 % de la FPH, 35 % de la FPT, 44 % de la FPE) et auprès de 428 directeurs et responsables ressources humaines (DRH et RRH), l’enquête 2012 de l’Observatoire Cegos met notamment au jour des décalages, entre les deux secteurs, et entre agents/salariés et DRH.

Alors que 46% des répondants sur secteur public, soit 2 % de plus qu’en 2011, se disent globalement satisfaits du climat social, la tendance est exactement inverse dans les entreprises privées, où 47 % se disent satisfaits, soit 2 % de moins par rapport à l’an dernier.
L’avis des DRH apparaît, lui, en décalage : 63 % se disent satisfaits du climat social dans le secteur privé, 51 % dans le secteur public.

Agents motivés, impliqués et qui aiment leur travail – Parmi les motifs de satisfaction, l’ambiance au sein des équipes est bonne pour deux tiers des salariés et agents publics.

61 % de ceux qui ont répondu sont globalement motivés (68 % dans le secteur public, davantage que l’an dernier, et 58 % dans le privé) et 77 % se disent impliqués dans leur travail.

Dans le public, c’est l’intérêt et la variété du poste (59 %), les conditions de travail (40 %) et la richesse humaine de leur administration (32 %) qui motivent le plus.
Dans le privé, le premier motif de satisfaction est le même dans 50 % des réponses, mais la rémunération arrive en seconde position (45 %), suivie des conditions de travail (40 %).

Décalage de perception entre DRH et salariés et agents – « Les DRH sont-ils suffisamment présents sur le terrain ? C’est la question que l’on peut se poser, en particulier dans le secteur privé », s’interrogeait Valérie Jaunasse, manager des formations en relations sociales chez Cegos, mercredi 28 novembre 2012 lors de la présentation de cette enquête qui, selon elle, laisse entrevoir des marges de progrès en matière d’organisation du travail.

Celui-ci satisfait 65 % des agents publics et 56 % des salariés du privé, alors que seuls 47 % des DRH du secteur public les voient satisfaits pour 56 % des DRH du privé.

Des agents fiers et satisfaits de leurs missions – Plus nombreux dans la fonction publique (59 %), les salariés et agents sont 56 % à être fiers de leur administration ou entreprise, soit 4 points de plus qu’en 2011.

Mieux, 68 % des agents publics, pour 60 % des salariés, se disent satisfaits de leur mission. « Une plus grande variété des activités, des postes plus polyvalents, peut-être plus d’autonomie et la sécurité de l’emploi du secteur public expliquent sans doute ces différences », avance Valérie Jaunasse, qui voit dans ces réponses des leviers pour les DRH.

La confiance dans l’avenir de l’entreprise ou administration qui les emploie est plus mesurée. Seuls 47 % s’avouent sereins, soit 42 % des agents pour le secteur public (mais 29 % dans la FPH) et 51 % des salariés pour le privé.
Ils étaient globalement 52 % en 2008.

Du côté des DRH, 41 % de ceux du secteur public confirment noter cette confiance et se montrent en phase avec leurs agents, alors qu’ils sont 57 % à déclarer le voir chez les salariés du privé, en décalage avec le ressenti de ces salariés.

Décalage sur l’adaptation des effectifs à la charge de travail -Autre distorsion dans les perceptions entre salariés et DRH révélée par l’enquête Cegos, 36 % des agents et salariés jugent la charge de travail adaptée aux effectifs pour 48 % des DRH.

La coopération entre directions est jugée bonne par 32 % des salariés et agents mais par 59 % des DRH. Un manque d’acuité qui fait dire à la consultante qui a réalisé l’enquête : « Les DRH ne se sont peut-être pas assez intéressés à l’organisation du travail ces dernières années. Pour cela, il faut être au coeur des métiers et sur le terrain. Mais ont-ils encore la main sur les accompagnements à mettre en œuvre, alors que les nouvelles générations de DRH ne sont plus formés à la sociologie du travail et des organisations ? »

Séparation vie professionnelle, vie personnelle plus affirmée -Que ce soit dans les secteurs privé ou public, 30 % des salariés gèrent en outre des problèmes professionnels sur leur temps personnel.
Mais 69 % affirment bien distinguer vie professionnelle et vie personnelle : 67 % dans le secteur public, mais 63 % dans la FPH, pour 70 % dans le privé.
Les ouvriers (80 %) y parviennent mieux que les cadres.

Ils étaient globalement moins nombreux à faire ce distinguo dans les enquêtes précédentes. « Les salariés ont appris à se protéger, à prendre plus de recul afin de mieux séparer leur vie personnelle et leur vie professionnelle. Ils ont aussi appris à dompter les outils technologiques mis à leur disposition. De leur côté, les entreprises, dans le cadre de la prévention des risques psychosociaux, sont de plus en plus attentives à ce sujet et commencent à mettre en place des chartes de bonne utilisation des NTIC », explique la consultante.

Sur le champ des technologies, l’enquête apporte aussi un éclairage sur le télétravail : seuls 8 % des personnes interrogées en bénéficient alors que 40 % des agents publics et 51 % des salariés du privé souhaiteraient utiliser cette possibilité, mais pas à plein temps, le bureau restant un lieu important de sociabilité.

Accès à la formation : peut mieux faire… – Parmi les autres enseignements de l’étude Cegos, il apparaît que les salariés du public (50 %) sont davantage disposés à évoluer professionnellement que ceux du privé (44 %).

Des marges de progression existent sur la formation : 45 % des agents publics – mais seulement 33 % des salariés du privé – estiment que cela les a fait évoluer professionnellement, mais les règles d’attribution de ces formations ne paraissent claires que pour 44 % des agents publics et 33 % des salariés, alors que 78 % des DRH du secteur public estiment qu’elles le sont.

Gel des salaires en perspective, sauf pour les DRH du privé !Côté rémunérations, l’insatisfaction prédomine aussi bien dans le public que dans le privé.
Seuls 37 % des salariés ou agents en sont globalement satisfaits. Mais c’est trois points de plus qu’en 2011.

Un gel des salaires en 2013 est ce qu’entrevoient 85 % des agents du public et 59 % des salariés. 78 % des DRH du secteur public l’envisagent aussi pour seulement 19 % dans le privé.

Dans la fonction publique, 58 % des personnes interrogées se disent en outre favorables à une prime individuelle liée au mérite et 61 % sont favorables à l’intéressement collectif.

Un risque de grève qui diminue dans le public – Enfin, le risque de conflit augmente dans les entreprises (42 % des salariés se disent prêts à faire grève, soit + 4 % par rapport à 2011) mais diminue dans les administrations (46 %, soit – 3 % par rapport à 2011).
Cependant, ce sont les DRH du public qui craignent davantage les mouvements sociaux dans les prochains mois (46 %) que ceux du privé (32 %).

A noter aussi que l’accès aux représentants du personnel est jugé facile, en cas de difficulté, pour 59 % des salariés et agents, mais seuls 28 % des agents et salariés jugent leur action efficace.

source : lagazette.fr

 

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someonePrint this page
Climat social : opposition public / privé ?